A propos de la mucite orale

La mucite orale est une inflammation douloureuse et une ulcération des membranes muqueuses de la bouche. C’est un effet secondaire fréquent des traitements du cancer par radiothérapie et chimiothérapie. Dans les cas graves, la mucite orale peut limiter le traitement, entraînant une diminution des doses ou des retards dans la prise en charge.

La mucite orale peut, dans les stades avancés, être extrêmement douloureuse, empêchant le patient de manger. Cela peut entrainer une hospitalisation pour réhydratation, la prise de d’analgésiques opioides contre la douleur, ainsi qu’une nutrition parentérale totale.

La destruction de la muqueuse protectrice peut entrainer un risque d’infection important.

  • 40 à 75% des patients atteints de chimiothérapie souffrent de mucite orale (Réf. 1-5).
  • Plus de 90% des patients atteints de cancer de la tête et du cou développent une mucite orale (Réf. 1-5).
  • Jusqu’à 100% des patients subissant des greffes de moelle osseuse sont affectés par la mucite orale (Réf. 1-5).
  • Les patients atteints de mucite orale ont quatre fois plus de risque d’interrompre de manière imprévue leur radiothérapie, et trois fois plus de risques d’être hospitalisés, entraînant des surcoûts significatifs (Réf. 6).
  • Les patients atteints de mucite orale sont 6 fois plus susceptibles de nécessiter des doses réduites de chimiothérapie (Réf. 6).
  • La mucite orale entraine un risque 4 fois plus élevé de ruptures imprévues de la radiothérapie et un risque de rupture ou de retards augmentés de 3 à 4 fois en cas de chimiothérapie (Réf. 6).
  • Jusqu’à 1/5ème des patients atteints de mucite orale nécessitent une nutrition parentérale totale, la même étude étude révélant qu’1/3 des patients atteints de mucite orale de grade 3-4 nécessitaient un tube de gastrostomie (Réf. 6).

Grades de la mucite orale

Pour aider les cliniciens, plusieurs échelles sont disponibles  pour évaluer le degré de mucite orales. L’une des échelles les plus couramment utilisées a été développée par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS). L’échelle de l’OMS combine à la fois les changements observés sur la muqueuse (rougeurs et ulcérations) avec les résultats fonctionnels (capacité de manger) pour calculer le score.

Dans une étude clinique, episil® solution orale a montré une diminution de la sévérité et de la durée de la mucite orale dans le groupe de patients utilisant episil® solution orale en comparaison au groupe recevant des soins standards. Accédez aux données cliniques ici pour en savoir plus sur les résultats de l’étude.

Conséquences de la mucite orale

La mucite orale n’est pas seulement un état douloureux ; elle a un impact pharmaco-économique important. La mucite peut conduire à:

  • Un arrêt du traitement anti-cancéreux
  • Une incapacité de manger, boire, avaler et parler
  • Une déshydratation et une malnutrition
  • Une perte de poids
  • Une hospitalisation
  • Une nutrition parentérale totale
  • Une utilisation d’analgésiques opioides
  • Une diminution de la qualité de vie du patient

episil® solution orale a été développée pour protéger les muqueuses orales douloureuses et réduire la douleur, aidant ainsi les patients à maintenir leur état nutritionnel pendant leur thérapie contre le cancer. Cela peut réduire le besoin en nutrition parentérale totale, le recours aux analgésiques opioïdes, les interruptions de traitement, et entraîner une amelioration de la qualité de vie.

En savoir plus